Détails sur le séminaire

Seminar Room Part 1, ground floor (Building IMAG)
26 juin 2019 - 14h00
Schedulability in Mixed- criticality Systems (Phd Defense)
par Rany Kahil de Verimag, Université Grenoble Alpes



Résumé : Les systèmes temps-réel critiques doivent exécuter leurs tâches dans les délais impartis. En cas de défaillance, des événements peuvent avoir des catastrophes économiques. Dans certain cas une atteinte à des vies humaines. Des classifications des défaillances par rapport aux niveaux des risques encourus ont été établies, en particulier dans les domaines des transports aéronautique et automobile. Des niveaux de criticité sont attribués aux différentes fonctions des systèmes suivant les risques encourus lors d'une défaillance et des probabilités d'apparition de celles-ci. Ces différents niveaux de criticité influencent les choix d'architecture logicielle et matérielle ainsi que le type de composants utilisés pour sa réalisation. Les systèmes temps-réels modernes ont tendance à intégrer sur une même plateforme de calcul plusieurs applications avec différents niveaux de criticité. Cette intégration est nécessaire pour des systèmes modernes comme par exemple les drones (UAV) afin de réduire le coût, le poids et la consommation d'énergie. Malheureusement, elle conduit à des difficultés importantes lors de leurs conceptions. En plus, ces systèmes doivent être certifiés en prenant en compte ces différents niveaux de criticités.
Il est bien connu que le problème d'ordonnancement des systèmes avec différents niveaux de criticités représente un des plus grand défi dans le domaine de systèmes temps-réel. Les techniques traditionnelles proposent comme solution l’isolation complète entre les niveaux de criticité ou bien une certification globale au plus haut niveau. Malheureusement, une telle solution conduit à une mauvaise des ressources et à la perte de l’avantage de cette intégration. Ce problème a suscité une nouvelle direction de recherche dans la communauté temps-réel, et de nombreuses solutions ont été proposées. En 2007, Vestal a proposé un modèle pour représenter les systèmes avec différents niveaux de criticité dont les tâches ont plusieurs temps d’exécution, un pour chaque niveau de criticité. En outre, les conditions de validité des stratégies d’ordonnancement ont été définies de manière formelle, permettant ainsi aux tâches les moins critiques d’échapper aux délais, voire d’être abandonnées en cas de défaillance ou de situation d’urgence.
L'introduction de plusieurs WCET et différentes conditions de validité ont accru la difficulté du problème de planification pour les systèmes avec differents niveaux de criticité. Les politiques de planification conventionnelles et les tests d’ordonnoncement se sont révélés inadéquats et le besoin de nouveaux algorithmes est apparu. Depuis, beaucoup de travaux ont été réalisés dans ce domaine.
Dans cette thèse, nous contribuons à l’étude de l’ordonnancement dans les systèmes avec différents niveaux de criticité. La surcharge d'un système est représentée sous la forme d'un ensemble de tâches pouvant décrire l'exécution sur l'hyper-période de tâches ou sur une durée donnée. Ce modèle nous permet d’étudier la viabilité des tests de correction basés sur la simulation pour les systèmes avec différents niveaux de criticité. Nous montrons que les tests de simulation peuvent toujours être utilisés pour ces systèmes, et la possibilité de l’ordonnancement du pire des scénarios ne suffit plus, même pour le cas de l’ordonnancement avec priorité fixe. Nous montrons que les politiques d'ordonnancement ne sont généralement pas prévisibles. Nous définissons le concept de faible prévisibilité pour les systèmes avec différents niveaux de criticité et nous montrons ensuite qu'une classe spécifique de stratégies à priorité fixe sont faiblement prévisibles. Nous proposons deux tests de correction basés sur la simulation qui fonctionnent pour des stratégies faiblement prévisibles.
Nous montrons également que, contrairement à ce que l’on croyait, le contrôle de l’exactitude ne peut se faire que par l’intermédiaire d’un nombre linéaire de préemptions.
La majorité des travaux reliés à notre domaine portent sur des systèmes à deux niveaux de criticité en raison de la difficulté du problème. Mais pour les systèmes automobiles et aériens, les normes industrielles définissent quatre ou cinq niveaux de criticité, ce qui nous a motivés à proposer un algorithme de planification qui planifie les systèmes à criticité mixte avec théoriquement un nombre quelconque de niveaux de criticité. Nous montrons expérimentalement que le taux de réussite est supérieur à celui de l’état de la technique.





Contact | Plan du site | Site réalisé avec SPIP 3.1.11 + AHUNTSIC [CC License]

info visites 1367354