Verimag

Détails sur le séminaire

Ensimag, Amphi E
18 novembre 2011 - 14h00
Contributions à la Modélisation Transactionnelle des Systèmes-sur-Puce
par Giovanni Funchal de Verimag/STMicroelectronics



Résumé : Cette thèse porte sur la modélisation des systèmes-sur-puce au niveau transactionnel, une approche connue sous le nom de prototypage virtuel. Les prototypes virtuels sont d'un grand intérêt industriel parce qu'ils permettent de démarrer certaines activités (telles que le développement du logiciel embarqué) plus tôt dans le flot de conception. Du fait que cette approche est relativement nouvelle, un grand nombre de problèmes de modélisation sont encore ouverts. En particulier, il est essentiel de comprendre à quel point un modèle donné est proche du système hypothétique qu'il est sensé représenter. C'est un problème difficile car nous n'avons pas les moyens de réaliser une comparaison objective, vu que le système modélisé n'est pas disponible physiquement au moment de la modélisation. Nous avons besoin d'une méthodologie pour traiter ces difficultés, qui s'étendent au-delà de simples exigences objectives et de l'analyse de besoin fonctionnel. Dans ce contexte, l'industrie cherche des directives de modélisation claires, fondées sur l'expérience et l'identification des pratiques actuelles et des problèmes récurrents. Dans cette thèse, nous présentons une étude compréhensive d'un large éventail de considérations techniques impliquées dans le flot de conception du logiciel et du matériel qui constituent un système-sur-puce typique. Nous utilisons ces connaissances pour identifier une source particulière de divergence entre le modèle et le système modélisé. Nous montrons que cette divergence masque certains bogues du logiciel sur le prototype virtuel. Nous mettons en évidence la pratique de modélisation à l'origine de cette situation. Deuxièmement, nous essayons d'identifier des problèmes liés à l'utilisation du langage de modélisation dans les pratiques actuelles. Nous prétendons que, d'une part, ces problèmes sont dûs à la confusion entre les concepts de la modélisation transactionnelle et leur implémentation dans le langage standard de l'industrie ; et d'autre part que ce n'est qu'en menant des comparaisons avec un autre langage que l'on pourrait quantifier leur étendue. Pour ce faire, nous proposons un cadre d'application spécialement conçu pour guider l'étude des concepts fondamentaux de la modélisation transactionnelle. Entre autres, nous introduisons une nouvelle méthode pour la modélisation du temps dans les simulateurs à événements discrets. Cette méthode dévoile la différence entre une action instantanée et une tâche avec durée. Ensuite, elle l'exploite de plusieurs manières : pour enrichir les outils de visualisation de traces ; pour dériver une définition claire de chevauchement de tâches ; pour accélérer la simulation à moindre effort, en parallélisant l'exécution d'actions se déroulant à des temps simulés différents ; et pour révéler des bogues subtiles en tenant compte du fait que les actions à des temps simulés différents ne sont pas forcément synchronisées.




Composition du Jury :

Robert DE SIMONE INRIA Sophia-Antipolis Rapporteur
Reinhard VON HANXLEDEN Christian-Albrechts-University Kiel Rapporteur
Matthieu MOY Grenoble INP Directeur de thèse
Florence MARANINCHI Grenoble INP Directeur de thèse
Emmanuel CASSEAU ENSSAT - IRISA/INRIA Examinateur
Laurent MAILLET-CONTOZ STMicroelectronics Examinateur

Contact | Plan du site | Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC [CC License]

info visites 876903